Ricoch’air

Par ces chaleurs caniculaires, nous, humains, ne sommes pas les seuls à souffrir.

Où quand Pablo profite de l’air, à l’ombre.

Pablo et son ventilo perso

Eh oui, ces jours, il a son propre ventilateur (quand je suis là) et l’air ricoche sur les différentes surfaces toutes proches et vient délicatement souffler une petite brise sur l’animal reconnaissant 😉

Ah oui… à 18h20, ce 3 août 2018, il fait 32°… à l’endroit le plus frais de mon domicile… sous le lit, près du chat !

Publicités

Lys rouge

Je n’en avais jamais vu avant ceux-là, qui sont chez des privés.
Voici deux ans que les plantes ont pris de volume et leur couleur rouge m’avait intrigué.

Les lys ont grandi, leur emplacement définitif trouvé… ils prospèrent 🙂

Cette année, ils sont particulièrement beaux et leur rouge est plus éclatant et profond que jamais.
Je ne résiste pas au plaisir de les partager avec vous.

Juin 2018

Titeuf, en grand !

Cette photo a une anecdote…

Je me promenais, le 19 juillet en début de soirée, profitant d’une légère baisse de la température ambiante pour m’aérer, lorsque, passant dans Onex (Avenue du Bois-de-la-Chapelle, pour être exact), je suis tombé nez à nez avec cette façade.

Titeuf à Onex

Ni une ni deux, je fais la photo et je la publie sur Instagram…

Puis, j’ai, le lendemain, reçu cette photo d’une manchette du GHI (Genève Home Imformation), qui ne paraît que le jeudi… soit le 19, et dont je n’ai pas, à ma connaissance, croisé de caissette…

Comme quoi, se balader, flâner ou marcher… mais toujours regarder autour de soi, pas uniquement la pointe de ses pompes (et gaffe aux crottes, quand même !) 😉    😉    😉

Retraite des femmes – Vers le recul des avancées

Curieusement, cet article est paru un dimanche, en pleine période de vacances… donc peu de futurs chômeurs l’ont su, peu de futures retraitées ont vu leurs vacances gâchées par cette nouvelle pour le moins inquiétante.

Pour rappel, mon premier article sur le sujet 

Source : 20Minutes.ch


Retraite des femmes

Repousser la retraite à 65 ans, les Suisses sont pour

Les deux tiers des sondés sont favorables ou plutôt favorables au passage de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans.

Une majorité de Suisses est d’accord pour repousser d’un an l’âge de la retraite des femmes, mais aussi pour augmenter la TVA.

Les récentes propositions du Conseil fédéral pour la réforme de l’AVS sont beaucoup plus populaires auprès des citoyens que des partis. Selon un sondage, une majorité de Suisses se prononce pour un relèvement de l’âge de la retraite des femmes et une hausse de la TVA.

Les deux tiers des sondés sont favorables ou plutôt favorables à l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes de 64 ans à 65 ans, selon cette étude publiée dimanche dans le SonntagsBlick. 16% se disent contre et 18% sont plutôt défavorables à la mesure. Les hommes (78%) plébiscitent clairement cette hausse; plus divisées, les femmes, sont néanmoins 54% à l’appuyer.

En outre, près de deux tiers des répondants accepteraient également une augmentation de la TVA de 1,9% afin d’assainir l’AVS. Actuellement, le Conseil fédéral propose une hausse de ce taux de 1,5 point à 9,2%. Les résultats montrent que 23% des Suisses interrogés sont en faveur d’une augmentation et 41% plutôt pour. A l’opposé, ils sont 20% à se prononcer contre et 13% à se dire plutôt défavorables. Trois pour cent n’avaient pas d’opinion ou pas de réponse.

 

Un frein à l’endettement ou même une réduction des rentes est en revanche non négociable pour les électeurs interrogés. Si ces derniers avaient le choix, ils poseraient l’âge de la retraite en moyenne à 65,3 ans pour les femmes et 65,6 ans pour les hommes. L’enquête représentative sur la réforme des retraites a été réalisée par l’institut gfs.bern entre le 25 mai et le 11 juin auprès de 1336 électeurs de tous les coins du pays. Elle a été mandatée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Thurgovie.

Plusieurs revers dans les urnes

La perception de cette problématique a considérablement évolué ces dernières années au sein de la population, analyse gfs.bern. L’Institut précise dans son rapport que 89 % des 1336 personnes sondées jugent que le besoin de réforme de la prévoyance vieillesse est urgent. Beaucoup sont même ouverts à la création de nouveaux modèles AVS. De concert, on avance aussi que celui qui a étudié longtemps devrait prendre sa retraite plus tard que celui qui commence à travailler après un apprentissage. Sur cette idée, 63% sont d’accord sur le fond, 33% la rejettent.

Les personnes sondées se montrent plus réservées, sans être totalement fermées, à l’idée d’un relèvement progressif de l’âge de la retraite à 66 ans, jusqu’en 2032. Une majorité de 70 % des sondés jugent toutefois qu’il est inadéquat de discuter d’un relèvement de l’âge de la retraite, aussi longtemps que l’accès à l’emploi est aussi ardu pour la tranche des 50-60 ans.

L’augmentation ou l’harmonisation de l’âge de la retraite des femmes mais aussi l’abaissement de cette limite ont échoué plusieurs fois sur le plan politique en Suisse. En 2004, les citoyens ont rejeté par les urnes un modèle visant à établir l’âge de la retraite à 65 ans pour tous. Plus récemment, en septembre 2017, une nouvelle mouture de la prévoyance vieillesse incluant une hausse de l’âge de la retraite pour les femmes a aussi été rejetée.

Fragiles avancées

Dans la sphère politique, ces propositions sont encore loin de trouver une majorité. Les représentants de la gauche sont clairement opposés à un relèvement de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans, aussi longtemps que celles-ci subissent des discriminations salariales.

Or l’objet ne trouve pas non plus de consensus au Parlement. Pour trouver une majorité, le nouveau projet doit répondre à un double défi: il doit renflouer les caisses de l’AVS, tout en s’efforçant de modérer les dépenses de celle-ci.

Le Conseil des Etats a décidé en juin de lier la question de la réforme de l’AVS à celui du Projet fiscal 17. L’idée est que chaque franc récolté sur les plans fédéral, cantonal et communal par le biais de ce projet fiscal aille renflouer les caisses de l’AVS. Cette solution permettrait de récolter environ deux milliards de francs au profit du financement des retraites.

Cette proposition est l’oeuvre de la Commission de l’Economie du Conseil des Etats. Le Conseil fédéral a réagi en formulant une nouvelle solution comprenant un âge de la retraite à 65 ans pour les femmes, ainsi qu’une hausse de la TVA. Enfin, la Commission de la sécurité sociale du Conseil national a fait en juillet une nouvelle proposition de relèvement de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans, progressivement à partir de 2020. (nxp/ats)

22.07.2018, 10:13


Oui… bien sûr, la TVA aussi est concernée, de sorte que les pensionné(e)s ne pourront plus vivre (rentes de plus en plus étriquées et prix de plus en plus élevés (ou alors, tu manges de la merde)) et débarrasseront le plancher (des logements), ce qui fera de la place à des chômeurs en pleine force de l’âge.

Chômeurs, qui, à leur tour, crèveront la dalle… jusqu’à ce que l’élite reste seule… jusqu’au dernier.

Pas sûr que la race humaine y survive.

En ce qui concerne les sondés, je n’aurais qu’un mot…

Ah ! les Cons !

J’aimerais comprendre…

… le pourquoi du comment, mais surtout comment je sais que je ne suis plus où j’étais, quand je repars par la même route que celle que j’ai emprunté en venant… ?

Comment ça, « c’est pas clair » ?

Et pis ça… c’est plus clair, peut-être ?

En arrivant, 02.11.2017

En repartant, 02.11.2017

Puis, après les travaux

En arrivant, 17.06.2018

En repartant, 17.06.2018

Comment qu’on fait, pour savoir qu’on quitte la double zone (toujours bleue et 30 km/h) ?
Je précise qu’il n’y a pas de panneau à droite de la route, en sortant de cette zone villas.

Mais aussi… pourquoi signaler la sortie puisqu’autant la zone bleue est (et faite) respectée, tant la vitesse… tout le monde ne lit pas trente de la même façon… on frise carrément les 60 km/h, pour certains abrutis.
Même la grande route que l’on voit au fond de l’image de sortie est limitée à 50 km/h… et c’est l’une des artères de pénétration en Ville de Genève les plus importantes et fréquentées…

Zone villas, avec sorties privées avec peu de visibilité, route peu large, parcage en îlots alternés pour créer de légères chicanes, animaux (principalement des chats) et des… ENFANTS !!!

Euh… bon… je m’égare
Je pense que la personne en charge des aménagements publiques dans la commune a commandé des panneaux double-face, bien plus économiques et écologiques que deux panneaux et quatre supports… sans oublier deux chantiers…
Sans oublier non plus que cette commune a eu besoin de beaucoup de panneaux car elle compte de larges zones telles celle-ci… donc pas mal de voies carrossables à pourvoir.

Bref, une idée qui tient compte des intérêts et deniers des résidents.
Une excellente idée !

Sauf que, parfois… 😉

…Il arrive qu’on tombe dans le panneau !

[Service clientèle] : La Poste Suisse

Attention : Il s’agit bien du service clientèle,
PAS du personnel de guichet ou des facteurs !

Comme bon nombre de ces services de réclamation, il est centralisé ; sans doute dans un bâtiment plus fortifié qu’une banque… pour protéger ceux qui sont dedans.
Car ne nous y trompons pas, il n’y a aucune valeur, dans ce service.

J’ai contacté ledit service pour demander une explication, car plus de courrier du tout depuis une dizaine de jours…, mais bien évidemment, après m’être renseigné au guichet (ce qui a mobilisé la guichetière un bon moment) et auprès de facteurs faisant partie de mon cercle d’amis.

Ok, je veux que mon courrier soit déposé à un endroit donné, hors boîte aux lettres, mais dans un casier ne fermant pas à clé, jouxtant immédiatement la fameuse boîte aux lettres. (la boîte à lait, donc) – Est-ce illégal ?
« C’est classique et nous mettons le courrier où il est demandé, voire où il y a encore de la place, sans bourrer la boîte aux lettres, si celle-ci est pleine. » – Voilà la réponse des gens de terrain 😉

Par contre, au service clientèle… même question… pas, mais alors pas du tout la même musique !

Extraits de mails… 


Moi vs La Poste Suisse

 

Comment se fait-il que je ne reçoive aucun courrier depuis lundi 2 juillet, alors que si la boîte aux lettres est pleine, la boîte à lait, qui ne l’est pas, fait office de boîte aux lettres depuis des mois ?
J’attends des courriers extrêmement importants et j’attends des explications urgentes de votre part !

Après vérification auprès de notre service de distribution, il semble que votre boîte aux lettres est pleine.
Le personnel de distribution n’est pas autorisé a déposé du courrier dans la boîte auxiliaire , qui ne peut pas être fermée à clé.

Votre réponse ne saurait me satisfaire. Vous n’êtes pas située à Genève et semblez par là ignorer ce qui se fait ou pas.
J’ai fait lire votre réponse à des… facteurs genevois, qui ont bien rit.
A Genève, après un rapide sondage (purement interne et informel) auprès de facteurs/trices disséminés dans de nombreux offices postaux genevois, la pratique de la boîte à lait est courante et fait partie intégrante de la distribution, voire est encouragée.. Et j’ai eu mon courrier des mois durant ainsi et à nouveau un peu ce mardi… Merci au facteur qui a osé faire son job intelligemment !
Je vous cite :  » Après vérification auprès de notre service de distribution, il semble que votre boîte aux lettres est pleine. » Ce n’était pas la peine de procéder à cette vérification, puisque ce fait est écrit dans mon mail de contact… je vous l’ai moi-même dit… l’art d’enfoncer des portes ouvertes.
Vous me parlez du fait que ma boîte à lait ne ferme pas à clé… et alors ?
Les facteurs livrent le courrier y compris dans des boîtes aux lettres ouvertes ! Si le destinataire (client) vous demande de déposer le courrier à un endroit plutôt qu’à un autre, immédiatement accolé, où est le problème ?
Dès l’instant où vous ne pouvez répondre à ma demande, et préservant mes sources officieuses, je vous prie de me communiquer les numéros (mails) directs de l’office de ***** ainsi que de la direction de l’arrondissement de Genève, à Montbrillant. Les numéros payants ne m’intéressent pas, ne me donnez donc pas de 0848.
J’ai reçu le mail pour le sondage de satisfaction… pour le moment, zéro.
En vous remerciant de comprendre que je ne m’en prends pas à vous personnellement,

Les règles de distribution sont les mêmes sur l’ensemble du pays :
Conformément à nos conditions générales que vous trouvez sur notre site www.poste.ch/cg, CG 2.5.4, la boîte aux lettres et le compartiment annexe doivent être régulièrement vidées. La distribution ne se fait pas la boîte auxiliaire.
Aucun n° de téléphone ou courriel n’est communiqué aux clients de la Poste. Pour toute demande d’information, nous vous saurions gré de prendre contact avec notre service clientèle : serviceclientele@post.ch


Je précise que la première réponse m’a été faite par une femme, la seconde par un homme, sans doute son supérieur hiérarchique.
Et voici l’adresse de leurs bureaux…

Poste CH SA
RéseauPostal
Contact Center Poste
Wankdorfallee 4
3030 Berne

Le problème se situe à 130 kilomètres, chez moi, à Genève, pas à Berne !
Et oui… autant tenter de déboucher une canalisation par e-mail…


Depuis, j’ai vu mon facteur, il a osé désobéir (ils n’ont plus le droit de monter dans les étages !) et est très gentiment venu me voir… nous nous sommes quittés en très bons termes, après avoir constaté qu’aussi bien lui que moi avions la même logique… et, non, il n’était pas responsable de l’interruption.
Vraiment un excellent contact ! – Merci à lui.


Conclusion : 

Un service déconnecté du terrain donc par essence inefficace dès que le problème n’est pas numériquement gérable.

Des gens susceptibles, qui ont été vexés de ma réponse (dixit le facteur… et le ton de la réponse 2) puisqu’en excellents techniciens qu’ils sont, ils détiennent LA Vérité et que rien ne saurait être différent que dans les manuels de théorie, créés pour simplement générer des profits à profusion, en piétinant le client… les Pôvres !

Allez… à vos claviers, ci-dessous…