Fausse vérité

Ci-dessous, un extrait d’un article paru sur ma source favorite d’informations.

Puis, mon analyse de cette info


Le chômage en Suisse n’a jamais été aussi faible au cours des dix dernières années. Le taux de sans-emploi a atteint 2,6% en moyenne en 2018, contre 3,2% l’exercice précédent, selon le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco).

« Les derniers chiffres indiquent que l’économie suisse se porte bien et que la situation du marché du travail est bonne », affirme le Seco dans un communiqué publié mardi.

En tout, 118’103 personnes étaient inscrites en moyenne auprès des offices régionaux de placement ces douze derniers mois, un chiffre inférieur de 17,5% à celui de 2017.

Le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est fixé à 2,4%. Cet indicateur est en recul constant depuis mai 2017, après une longue période de stagnation autour de 3%.

Source : RTSInfo.ch/08.01.2019

Mon analyse :

Bien sûr, que le taux de chômage en Suisse n’a jamais été aussi faible…
L’info est sans doute exacte.

Mais elle n’en demeure pas moins totalement erronée.

Pourquoi ?

Mais simplement parce que les chômeurs en fin de droit sont arrivés… en fin de droit.
Ils ne sont pas pour autant sortis du système de l’assistance sociale, ni retournés occuper un emploi… ils sont simplement effacés des tablettes « Chômage », transférés (et noyés dans la masse) à l’Hospice Général…
Il  y a également tous les ex-chômeurs qui sont devenus retraités, dans l’année…
Puis les personnes placées par l’office du chômage ou les services sociaux ne font partie d’aucune statistique… publiée.
Sans oublier les personnes qui, comme moi, sont dans la fourchette des travailleurs, mais sans emploi, sans recherches, sans chômage, sans prestation sociale délivrée par l’hospice… les invalides.

Pour être passé par toutes ces filières, j’ai rempli les formulaires statistiques à de nombreuses reprises, pour qu’à la fin du compte, je ne rentre dans aucune catégorie répertoriée.

Le problème réside dans le fait que ces statistiques ne sont que des statistiques, des chiffres que l’on peut manipuler à souhait, ne pas mettre toutes les données en balance et cacher la merde au chat.

N’oublions pas non plus la diminution (parfois drastique voire totale) du nombre de postes réellement disponibles…

 

Publicités

Nouvelle année…

… Alors, comme le veut la tradition, je vous souhaite une

Très bonne année 2019 !

En fait, je nous souhaite à tous une année comme on en rêve, bien que sachant que pour la majorité d’entre nous, ce ne sera qu’une autre année, avec les mêmes problèmes sociaux, économiques voire personnels…

La barrière-frontière de l’An Nouveau ne fonctionne pas dans la vie… ce n’est pas une page blanche qui s’étale devant nous, mais juste la suite d’hier et l’avant-goût de demain.

Ne soyons pas pessimistes, mais bel et bien optimistes, positifs (y compris au contrôles anti-dopage de la vie [pas en sport !!!]) et que ces douze mois soient sources de joies pour chacun.


Je ne vais pas arrêter mes critiques de la société, bien au contraire, si j’arrive à tenir ma résolution qui est de vous écrire plus et plus souvent.
Je ne peux pas non plus mettre par écrit chacune de mes pensées, surtout que mes mécanismes « cogitatoires » sont, je le concède, parfois difficiles à suivre.
Et, bien sûr, il n’y a toujours pas que ça, ici 🙂

J’avoue que pour moi, l’an écoulé a été plus que très compliqué et que j’en garderai des cicatrices (morales) indélébiles et fragiles jusqu’à la fin de mes jours.
Donc, ne serait-ce qu’en ce sens, 2019 ne peut être que meilleur, pour moi…

A bientôt le plaisir de lire vos commentaires, vos réactions, sur mes articles de toutes catégories.

 

Black Friday, jour d’achats souvent compulsifs

Attention !

Loin de moi l’idée de médire sur une journée qui devrait s’avérer profitable pour les distributeurs et commerçants, voire pour beaucoup de gens qui profitent de ce jour pour faire tout ou partie de leurs achats de Noël ; l’idée est très bonne !

Ci-dessous, une description du

Vendredi Noir

(c’est moins poétique comme ça, n’est-ce pas ?)

Je l’ai copiée sur le site d’une enseigne d’électronique, active tant en magasins qu’en ligne.


Qu’est-ce que le Black Friday?

Le Black Friday nous vient des États-Unis. Il s’agit toujours du vendredi qui suit Thanksgiving et tombe donc le 4ème vendredi de novembre. Le Black Friday ouvre traditionnellement la saison des achats de Noël. En effet, ce jour-là la plupart des Américains font le pont et profitent de la journée pour effectuer les premiers achats de Noël. Beaucoup de magasins suivent le mouvement et proposent des offres spéciales, des remises et des cadeaux promotionnels.

D’où vient le nom de Black Friday?

Pourquoi ce jour s’appelle-t-il « Black Friday » ? Il n’existe aucune certitude à ce sujet. Deux théories toutefois suggèrent un lien significatif avec le chiffre d’affaires des magasins. Selon la première, les commerçants ont ce jour-là assez de chance pour réaliser un chiffre d’affaires suffisamment élevé et ne pas être dans le rouge.

La seconde théorie pense que ce jour-là, les commerçants se noircissent les doigts à force de compter l’argent de leurs ventes.

Black Friday en Europe

Le Black Friday fut introduit par Apple en Europe, lorsque la société américaine a lancé une action spéciale Black Friday en 2006. Plusieurs autres distributeurs ont suivi la tendance au cours des années suivantes. Toutefois dans les pays européens, les remises et offres faites à l’occasion du Black Friday sont beaucoup plus nombreuses sur les boutiques en ligne que dans les magasins, contrairement aux USA.


Pourquoi parlé-je de compulsivité ?

Parce que bien des personnes se « font avoir » non seulement par des prix artificiellement abaissés (comme c’est le cas en périodes de soldes – mais ça, ça commence à faire « partie du jeu ») mais surtout parce que souvent de gros achats sont faits au vu non du prix affiché, mais du pourcentage de rabais indiqué.
Et là… ça fait vite tourner la tête, toutes ces bonnes affaires… -20, -25, -30… jusqu’à -60 % !!!
Alors, vu que « c’est LE jour où tel produit devient accessible à mes finances, j’en ai vraiment envie, je l’achète ! »

Envie, oui… besoin ?

Il ne s’agit pas d’argent ou de pouvoir d’achat, dans cet article, mais de

Surconsommation

Sans être écolo, je suis éco-responsable (du moins je fais au mieux) et me demande pour quelle raison je voudrais soit remplacer un appareil qui fonctionne très bien pour un nouveau modèle qui ne fonctionnera pas mieux (ni forcément moins bien, d’ailleurs) et dont les nouvelles « options » ne me sont d’aucune utilité, soit amasser des objets (hors Arts) plus ou moins inutiles, puisque je m’en suis passé jusqu’ici.

Dans le même ordre d’idées, je pense au transport de ces produits jusque chez nous, je pense à la façon dont certains fabricants font du gras avec nos économies, tout en exploitant des millions de gens à travers leurs infrastructures les plus délocalisées et parfois même au sein de nos respectables sociétés occidentales…
A la pollution générée par la destruction de tous ces biens utilisables mais démodés…
A ces millions d’appareils détruits alors qu’une petite réparation à cent sous aurait suffit…

Je ne milite pour aucun mouvement, aucun parti… vous le savez, je crois.
Mais j’adhère totalement à la cause de l’Humain face aux abus d’une petite minorité de personnes qui nous projettent de plus en plus vite contre le mur.

Le Black Friday n’est qu’un prétexte de plus de tirer le carillon de la méfiance… le signal d’alarme n’est plus de mise.

Personnellement, j’ai profité pleinement de ce jour… j’avais des achats prévus… j’ai juste attendu ce jour pour les faire, mais je pouvais puisqu’il s’agit d’objets planifiés, réfléchis, réellement plus avantageux ce jour et dont l’utilité est pleine, puisque ne possédant pas grand-chose… je n’achète que de l’utile dans ma vie… même si certaines utilités ne sont pas fondamentales… comme chez tout le monde.

Et vous ?

Vraies bonnes affaires, Mauvais plan ou Boycott ?

Black Friday or Black-out ?

Encore un « simple lien » sur un article bien mieux documenté que ce que j’aurais fait et que je regrette de n’avoir écrit moi-même 😉


Contre la surconsommation, les alternatives au Black Friday fleurissent https://www.rts.ch/info/economie/10012777-contre-la-surconsommation-les-alternatives-au-black-friday-fleurissent.html

Bonne lecture et n’hésitez surtout pas à commenter !

La Suisse… Pays de Cocagne ?

Personnellement, je trouve qu’il n’est que temps que la population suisse, voire occidentale (au moins), prenne conscience que d’avoir laissé les rênes aux techniciens n’était vraiment pas une très  bonne idée.


www.rts.ch/info/suisse/9919049-classe-moyenne-la-fin-du-reve-.html

Souffrances silencieuses

Je n’ai fait qu’un Copier-Coller… je n’ai rédigé aucun mot, aucune phrase mise-à-part celle-ci, que vous lisez en guise de préambule.
Je n’ai pu copier les liens des contenus audio/vidéo, je vous laisse donc le soin de vous rendre sur la page source, afin de voir et écouter les interventions.


Sourcehttps://www.rts.ch/info/suisse/9906904-les-suisses-ont-tendance-a-souffrir-en-silence-selon-une-etude-nationale.html

Suisse

Modifié à 15:52

Les Suisses ont tendance à souffrir en silence, selon une étude nationale

Comment la Suisse répond-elle aux problèmes psychiques de ses habitants?
Les Suisses ont tendance à souffrir en silence dans le monde du travail Le 12h30 / 2 min. / à 12:35
A l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, une étude sur la situation en Suisse a été publiée mercredi. Il en ressort que les Suisses ont tendance à souffrir en silence, surtout dans le monde du travail.

« Comment allez-vous? » Cette question quotidienne, la plupart du temps rhétorique, a servi de point de départ à une étude nationale sur la santé psychique des Suisses, réalisée par l’institut Sotomo pour le compte des organisations Promotion santé Suisse et Pro Mente Sana, dont les conclusions ont été publiées mercredi.

Objectif: évaluer l’état mental des adultes du pays, mais aussi leur capacité à parler ouvertement de leur moral et de leurs éventuelles difficultés.

Une majorité de sondés disent aller bien

Les deux tiers des répondants disent aller bien, ou même très bien, lorsqu’on leur demande simplement comment ils vont. Le dernier tiers qualifie son humeur de « moyenne » ou « pas très bonne », et la part des personnes interrogées admettant aller très mal est infime.

Dans le détail les hommes, les personnes plus âgées et celles qui se trouvent dans une relation stable tendent à aller mieux que les autres.

Réponses à la question « Comment allez-vous aujourd’hui? »

L’étude souligne le rôle de la situation socio-économique. Un niveau d’éducation plus élevé, mais aussi un emploi rémunérateur amènent ainsi les gens à porter un regard positif sur leur état d’esprit alors qu’à l’inverse, les personnes au chômage ou à l’AI tendent à aller plus mal que les autres.

Le stress, premier facteur de difficultés

Si la majorité des Suisses estiment aller bien, souligne le rapport, la situation apparaît plus nuancée lorsqu’on leur pose des questions plus spécifiques. Environ deux tiers des personnes interrogés admettent être, ou avoir été, aux prises avec des difficultés psychiques prolongées.

Et presque tous les sondés disent connaître, que ce soit dans leur environnement personnel ou professionnel, des personnes n’allant pas bien sur le plan psychique.

Plusieurs facteurs ayant un impact négatif sur l’humeur des Suisses sont passés en revue. Stress et surmenage, en particulier dans le cadre professionnel, sont cités en premier lieu (42%) avant les conflits interpersonnels (37%).

Facteurs pesant sur la santé psychique

A cet égard, les retraités ont tendance à être les plus épanouis; le calme, le repos et les vacances sont les principaux facteurs de bien-être évoqués par les participants au sondage.

Difficulté à exprimer la souffrance

L’étude relève encore que les Suisses ont du mal à exprimer leur souffrance, principalement par crainte d’être perçus comme inefficaces, instables ou faibles.

Malgré cette peur de la stigmatisation, la majeure partie des personnes interrogées considèrent que la maladie psychique est encore trop taboue dans la société suisse et expriment le souhait de voir le thème davantage abordé, en premier lieu dans le monde professionnel et dans les médias.

>> Florence Nater rappelle la nécessité de prendre soin du psychique dans le 12h45:

Journée mondiale de la santé mentale : Florence Nater rappelle la nécessité de prendre soin du psychique.
12h45 – Publié à 12:45

Pauline Turuban

Publié à 15:51 – modifié à 15:52


Textes et images RTS, 2018

Pour mémoire…

Pour tous ceux qui auraient oublié qu’elle existe, voici la

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME

Source : http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

  1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11

  1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
  2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

Article 12

Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13

  1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
  2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

  1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
  2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15

  1. Tout individu a droit à une nationalité.
  2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16

  1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
  2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
  3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

Article 17

  1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
  2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Article 20

  1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
  2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

Article 21

  1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
  2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
  3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23

  1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
  2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
  3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
  4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25

  1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
  2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26

  1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
  2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
  3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

Article 27

  1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
  2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

Article 28

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29

  1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
  2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
  3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.


30 articles… auxquels les Etats se plient plus ou moins, au contraire du monde économique dans lequel nous vivons, qui lui, n’a qu’une visée : la soumission des peuples.