La Suisse… Pays de Cocagne ?

Personnellement, je trouve qu’il n’est que temps que la population suisse, voire occidentale (au moins), prenne conscience que d’avoir laissé les rênes aux techniciens n’était vraiment pas très  bonne idée.


www.rts.ch/info/suisse/9919049-classe-moyenne-la-fin-du-reve-.html

Publicités

Souffrances silencieuses

Je n’ai fait qu’un Copier-Coller… je n’ai rédigé aucun mot, aucune phrase mise-à-part celle-ci, que vous lisez en guise de préambule.
Je n’ai pu copier les liens des contenus audio/vidéo, je vous laisse donc le soin de vous rendre sur la page source, afin de voir et écouter les interventions.


Sourcehttps://www.rts.ch/info/suisse/9906904-les-suisses-ont-tendance-a-souffrir-en-silence-selon-une-etude-nationale.html

Suisse

Modifié à 15:52

Les Suisses ont tendance à souffrir en silence, selon une étude nationale

Comment la Suisse répond-elle aux problèmes psychiques de ses habitants?
Les Suisses ont tendance à souffrir en silence dans le monde du travail Le 12h30 / 2 min. / à 12:35
A l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, une étude sur la situation en Suisse a été publiée mercredi. Il en ressort que les Suisses ont tendance à souffrir en silence, surtout dans le monde du travail.

« Comment allez-vous? » Cette question quotidienne, la plupart du temps rhétorique, a servi de point de départ à une étude nationale sur la santé psychique des Suisses, réalisée par l’institut Sotomo pour le compte des organisations Promotion santé Suisse et Pro Mente Sana, dont les conclusions ont été publiées mercredi.

Objectif: évaluer l’état mental des adultes du pays, mais aussi leur capacité à parler ouvertement de leur moral et de leurs éventuelles difficultés.

Une majorité de sondés disent aller bien

Les deux tiers des répondants disent aller bien, ou même très bien, lorsqu’on leur demande simplement comment ils vont. Le dernier tiers qualifie son humeur de « moyenne » ou « pas très bonne », et la part des personnes interrogées admettant aller très mal est infime.

Dans le détail les hommes, les personnes plus âgées et celles qui se trouvent dans une relation stable tendent à aller mieux que les autres.

Réponses à la question « Comment allez-vous aujourd’hui? »

L’étude souligne le rôle de la situation socio-économique. Un niveau d’éducation plus élevé, mais aussi un emploi rémunérateur amènent ainsi les gens à porter un regard positif sur leur état d’esprit alors qu’à l’inverse, les personnes au chômage ou à l’AI tendent à aller plus mal que les autres.

Le stress, premier facteur de difficultés

Si la majorité des Suisses estiment aller bien, souligne le rapport, la situation apparaît plus nuancée lorsqu’on leur pose des questions plus spécifiques. Environ deux tiers des personnes interrogés admettent être, ou avoir été, aux prises avec des difficultés psychiques prolongées.

Et presque tous les sondés disent connaître, que ce soit dans leur environnement personnel ou professionnel, des personnes n’allant pas bien sur le plan psychique.

Plusieurs facteurs ayant un impact négatif sur l’humeur des Suisses sont passés en revue. Stress et surmenage, en particulier dans le cadre professionnel, sont cités en premier lieu (42%) avant les conflits interpersonnels (37%).

Facteurs pesant sur la santé psychique

A cet égard, les retraités ont tendance à être les plus épanouis; le calme, le repos et les vacances sont les principaux facteurs de bien-être évoqués par les participants au sondage.

Difficulté à exprimer la souffrance

L’étude relève encore que les Suisses ont du mal à exprimer leur souffrance, principalement par crainte d’être perçus comme inefficaces, instables ou faibles.

Malgré cette peur de la stigmatisation, la majeure partie des personnes interrogées considèrent que la maladie psychique est encore trop taboue dans la société suisse et expriment le souhait de voir le thème davantage abordé, en premier lieu dans le monde professionnel et dans les médias.

>> Florence Nater rappelle la nécessité de prendre soin du psychique dans le 12h45:

Journée mondiale de la santé mentale : Florence Nater rappelle la nécessité de prendre soin du psychique.
12h45 – Publié à 12:45

Pauline Turuban

Publié à 15:51 – modifié à 15:52


Textes et images RTS, 2018

Pour mémoire…

Pour tous ceux qui auraient oublié qu’elle existe, voici la

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME

Source : http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

  1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11

  1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
  2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

Article 12

Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13

  1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
  2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

  1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
  2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15

  1. Tout individu a droit à une nationalité.
  2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16

  1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
  2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
  3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

Article 17

  1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
  2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Article 20

  1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
  2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

Article 21

  1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
  2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
  3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23

  1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.
  2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.
  3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.
  4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25

  1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
  2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26

  1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.
  2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.
  3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

Article 27

  1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
  2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

Article 28

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29

  1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.
  2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.
  3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.


30 articles… auxquels les Etats se plient plus ou moins, au contraire du monde économique dans lequel nous vivons, qui lui, n’a qu’une visée : la soumission des peuples.

Ou comment s’assurer de la passivité de la masse

Ainsi que vous le savez certainement si vous avez lu mes derniers billets « Opinion« , il y a des choses que j’ai de la peine à admettre, d’autres que je constate avec dépit.

En voici une de plus.

Bien sûr, que les parents sont favorables à l’école à la maison… ils n’ont plus le temps de s’occuper de leurs enfants, accablés d’horaires de travail de plus en plus déments, entre autres soucis…

Mais…

Après la réduction (souvent drastique et douloureuse) des effectifs des enseignants de toutes matières,
Après la suppression (dans pas mal d’écoles, pour certains [ou plus] cours) du tableau noir et des livres de références auxquels sont maintenant préférés les outils informatiques,
Après les fossés sociaux qui se forment au sein d’une même famille, la non-communication et la non-compréhension que beaucoup ont les uns des autres,

Voici l’isolement absolu… 

Tu apprends sur un écran, tu joues sur un écran, tu communiques via un écran, tes connaissances sont celles qu’on te dit d’avoir (celles disponibles sur le net…)… [Comme maintenant, mais obligatoire, institutionnel]
Pourquoi s’emmerder à sortir, à parler avec les gens, à admirer le soleil ou la pluie ?
Pourquoi continuer à s’emmerder à être un humain ?

Entre vacances et travail…

Nous sommes fin août, la dernière semaine de vacances scolaires arrive, du moins ici.

Nombreux sont ceux qui sont déjà rentrés ou ont déjà l’esprit chagrin à l’idée de reprendre le train-train quotidien…

Alors, voilà un savant mélange des deux…

Un air de vacances, mais pas mal de travail sous les yeux (effectué et à venir !).

Vignoble genevois

Peissy, août 2018

Ricoch’air

Par ces chaleurs caniculaires, nous, humains, ne sommes pas les seuls à souffrir.

Où quand Pablo profite de l’air, à l’ombre.

Pablo et son ventilo perso

Eh oui, ces jours, il a son propre ventilateur (quand je suis là) et l’air ricoche sur les différentes surfaces toutes proches et vient délicatement souffler une petite brise sur l’animal reconnaissant 😉

Ah oui… à 18h20, ce 3 août 2018, il fait 32°… à l’endroit le plus frais de mon domicile… sous le lit, près du chat !